Sciences en bibliothèque, Les

Auteur(s): 
Sous la directionde Michel Netzer

Après avoir décrit la genèse et le développement de la vulgarisation scientifique, le livre propose un panorama de l'édition de vulgarisation dans le domaine scientifique, technique et médical et met en lumière les politiques d'acquisition, d'organisation et de mise à disposition de ces collections dans divers types de bibliothèques. Il s'achève sur les conditions de la médiation scientifique.

Compte rendu de lecture: 

Le développement de la culture scientifique permet aux citoyens de comprendre des enjeux très concrets de la vie de tous les jours, comme l’utilisation des données massives ou les changements climatiques, et de distinguer le vrai du faux dans l’information dont ils sont de plus en plus bombardés sur toutes sortes de plateformes. Les bibliothèques de lecture publiques sont des acteurs importants de la promotion de la science; pourtant, elles ne lui font pas toujours une place suffisante, privilégiant parfois les humanités ou la culture littéraire.

L’ouvrage cherche à accompagner les bibliothèques qui veulent accorder une plus grande place aux sciences, qu’elles s’adressent ou non à des spécialistes. Dirigé par Michel Netzer, directeur du département Sciences et techniques de la Bibliothèque nationale de France, il se divise en courts chapitres rédigés par des auteurs provenant d’institutions variées et aborde la question des sciences en bibliothèque sous tous les angles.

Tout au long du livre, les aspects théoriques côtoient les préoccupations plus pratiques. Il y est autant question de l’histoire et de l’organisation des sciences que de la création d’un fonds de vulgarisation scientifique dans une école d’ingénieurs et de la gestion des données massives. Les auteurs donnent des exemples très concrets de bibliothèques qui ont pris, chacune à leur façon, des mesures pour diffuser des connaissances scientifiques auprès du grand public. On y trouve par exemple de l’information détaillée sur la façon dont la bibliothèque municipale de Lyon a organisé son fonds de sciences et sur les indicateurs qu’elle utilise pour évaluer le fonds au fil du temps. On y apprend aussi que la Bibliothèque de la Cité des sciences et de l’industrie, à Paris, procède actuellement à une grande rénovation de son équipement afin de faire une place importante au numérique et de permettre aux visiteurs d’expérimenter.

Pour les auteurs, les bibliothèques jouent clairement un rôle de médiation en servant d’intermédiaires entre les scientifiques, producteurs de connaissances, et les non-spécialistes. Elles favorisent les échanges, que ce soit par les livres ou par la programmation d’événements, et viennent ainsi enrichir la culture scientifique. Les bibliothécaires jeunesse seront contents de constater que leur clientèle n’a pas été oubliée : de nombreux chapitres abordent la question des jeunes publics, et deux d’entre eux portent précisément sur l’édition jeunesse et la diffusion de la culture auprès des jeunes.

Les lecteurs québécois aimeraient sans doute trouver dans le livre un peu plus d’exemples locaux, notamment quand il y a énumération de ressources (ils seront étonnés de ne pas voir Les Débrouillards dans une liste de périodiques scientifiques pour la jeunesse), mais l’expérience des auteurs et la profondeur de leur analyse font de ce livre un outil précieux pour quiconque souhaite accroître la place donnée aux sciences en bibliothèque.

Compte rendu réalisé par :

Marie Tremblay, Bibliothécaire Polytechnique Montréal

Janvier 2018

 

Parution: 
2017-03-31
ISBN: 
978-2-7654-1525-1
Éditeur: 
Electre-Ed. du Cercle de la Librairie
Prix: 
65.95 $